Aujourd'hui les musulmans fêtent l'Aid, plus simplement appelé la fête du mouton et les amis non musulmans me demandent souvent ce que l'on fait ce jour là. Normalement, on est censé se retrouver en famille pour festoyer et attendre tous ensemble que le mouton fraichement égorgé arrive. Dès qu'il est là, on se lance dans la confection du boulfaf (brochettes de morceaux de foie et de coeur enveloppés de crépine), qui sera servie avec du bon pain maison et un non moins bon thé à la menthe.

Pendant que tout le monde se régale, d'autres s'affairent en cuisine pour commencer à cuisiner les plats de fête. Plus que le classiques gigot ou épaule, on prépare souvent un plat de tripes en sauce, que j'avais évoqué ici il y a quelques années. (Novembre étant le mois des produits tripiers en France, ce plat est encore plus de circonstance, si tant est que l'on trouve de bonnes tripes "Halal").

D'autres plats typiques vont être lancé : des épaules, des gigots au four. Certains se lanceront même dans une m'rouzia, un plat sucré salé qui permet de cuisiner le collier d'agneau.

Ce jour là, les enfants reçoivent des cadeaux. Le Noël musulman. Mais le plus important reste tout de même le fait de se retrouver avec la famille proche (parents, frères, soeurs) pour ce déjeuner de l'Aïd. L'Aïd, c'est la famille.

Ensuite, pour le dîner, on embarque l'autre épaule d'agneau, on l'enveloppe soigneusement et on l'emmène chez d'autres membres de la famille ou des amis comme une offrande. Evidemment, ils auront eux aussi cuisiné plein de bonnes choses, préparé plein de gâteaux et mis de l'eau à chauffer pour un enième thé à la menthe. Le mouton ne fera pas long feu puisque une très grande partie est offerte ou donnée aux gens qui n'ont pas eu les moyens d'avoir le leur. L'Aïd, c'est le partage.

Normalement c'est comme cela que ça se passe, pour les fêtes que j'ai pu passer au Maroc.
Ici, l'Aïd est un jour comme les autres, pas férié (pas comme Noël ou Pâques) donc beaucoup d'entre nous travaillent et n'ont pas forcément pu prendre un jour de congé.
Ici, le mouton vient de chez le boucher (ce qui n'est vraiment pas pareil), quand on ne se contente pas d'acheter une épaule ou un gigot juste pour marquer le coup.
Ici, l'Aïd ce sont des coups de fil ou des SMS aux proches, aux amis pour leur souhaiter "Aid moubarak" et quand on a le temps, on se retrouve pour le dîner, vite expédié car le lendemain on travaille, les enfants ont école, etc.

Voila. Bonne fête de l'Aïd à toute et tous !